La jeunesse de la CUDL

« Tout au long de ces vingt années, la Communauté urbaine de Lille, au prix d’efforts considérables, est parvenue à surmonter les multiples difficultés liées à l’étendue de son territoire et à la diversité de ses grands pôles urbains. (…) L’enjeu d’aujourd’hui est de faire en sorte que nous soyons demain en tête des grandes métropoles européennes », Arthur Notebart dans la préface de Communauté urbaine de Lille, 20 ans, 68-88, CUDL, Lille, 1988.

(épisode 3)

Le 13 mai 1977, Arthur Notebart est réélu président de la Communauté urbaine de Lille (CUDL) et entame un nouveau mandat. De nombreuses actions ont déjà été menées et il faut dorénavant concrétiser les projets lancés.

3 chantiers notables vont marquer ce deuxième mandat d’Arthur Notebart :

  • La construction de la voie rapide et de la rocade nord-ouest
  • Le musée d’art moderne de Villeneuve-d’Ascq (actuel Lam)
  • Le chantier et la mise en service du métro

La construction de la voie rapide et la rocade nord-ouest

Le réseau routier de la métropole était historiquement constitué d’un boulevard périphérique entourant la ville de Lille et de boulevards reliant celle-ci à Roubaix et Tourcoing. Dès les années 60, des travaux sont entrepris afin de pouvoir désengorger ces boulevards : mise en place d’autoponts, mise en service d’un tronçon autoroutier reliant l'A25, entre Lille-Port Fluvial à l'A1, allégeant ainsi la circulation au sud du boulevard périphérique.

La Communauté urbaine de Lille participe sous la forme de fonds de concours à la construction de grandes infrastructures dont la maîtrise d’œuvre incombe à l’Etat ou au Département.

Elle participe ainsi à un des chantiers importants, qui va transformer radicalement la manière de circuler dans la métropole en reliant Lille, Roubaix et Tourcoing: la construction de l'actuelle voie rapide urbaine. Le premier tronçon est ouvert à la circulation dès la fin de l’année 1988.

 Il faut également doter la métropole d’infrastructures routières à grande vitesse dignes de son étendue géographique, de ses 1 million d’habitants, de sa position au cœur de l’Europe et de ses ambitions économiques. En 1982, l'actuelle rocade Nord-Ouest est mise en chantier et la CUDL y apporte sa participation financière. Le premier tronçon est achevé en 1984. Il est connecté à l’A25 et permet de desservir les activités économiques de la banlieue nord-ouest de Lille. Le chantier se termine en 1994 avec la connexion de la rocade à l’A22 et à la voie rapide urbaine à l’est.

La mise en service de ces deux axes améliore de manière significative la desserte des activités économiques de la métropole.

 (jpg - 189 Ko)

Plan de la voie rapide, Nord-Eclair, 17/08/1988


Le musée d’art moderne de Villeneuve-d’Ascq

Bien que la culture ne constitue pas une des compétences de la Communauté urbaine, en 1976, le conseil communautaire accepte la donation de plus de 200 œuvres d’art moderne de Geneviève et Jean Masurel. La CUDL s'engage à construire un musée afin de pouvoir présenter au public cette collection.

Un conservateur, Pierre Chaigneau est nommé en 1977 et un concours d’architectes est lancé en 1978, remporté par Roland Simounet. Le musée est construit sur le territoire de la ville nouvelle de Villeneuve-d’Ascq, en bordure du Parc urbain sur un parc de 4 hectares. La première pierre est posée le 23 mai en présence d’Arthur Notebart, les époux Masurel, Roland Simounet et Pierre Chaigneau.

Le musée d’art moderne est inauguré le 21 mai 1983 avant d’ouvrir ses portes au public le 17 novembre en présence du ministre de la Culture, Jack Lang.

La CUDL est alors dotée d’une structure culturelle propre à pouvoir participer à son rayonnement en France et en Europe. De grandes expositions sur des artistes comme Pablo Picasso ou encore Joan Miró vont se succéder. Celles-ci auront attirées fin 1987 quelques 245 500 visiteurs.

Pour en savoir plus sur le musée d'art moderne, cliquez ici et ici.

 (jpg - 4780 Ko)

Inauguration du musée d'art moderne, 21 mai 1983


Le chantier et la mise en service du métro

Dès 1978, les premiers travaux du métro débutent entre le garage atelier de Villeneuve-d’Ascq et la Place de la République à Lille. Le chantier va durer cinq année et va employer quelques 2000 personnes entre les travaux de génie civil et d’équipements et la construction des rames de métro. En janvier 1979, l’EPALE lance alors la publication pour le compte de la CUDL d’un nouveau magazine En direct du métro afin de tenir la population informée de l’avancée de la construction. La Compagnie de Métro de Lille (COMELI) est créée pour prendre en charge la gestion du métro.

Le système VAL, véhicule automatique léger, est présenté également lors d’expositions à Lille, Strasbourg et Toulouse. Il suscite de l’intérêt tant au niveau national qu'international. Des visites de chantier et du garage-atelier sont organisées pour de nombreuses délégations.

Le 31 mars 1982, des journées portes ouvertes sont lancées afin de permettre aux futurs usagers de faire connaissance avec ce nouveau mode de transport qui circule entre Quatre-Cantons et Hôtel de Ville (aujourd'hui Villeneuve-d'Ascq Hôtel de Ville).

Le 25 avril 1983, le métro est inauguré en présence de François Mitterrand, président de la République, d’Arthur Notebart, président de la Communauté urbaine et de Pierre Mauroy, maire de Lille.

Le 16 mai 1983, après deux semaines de portes ouvertes et près de 400 000 visiteurs, la mise en service commerciale est lancée sur un tronçon de 9 km et 13 stations entre Quatre-Cantons et République. Un an après, le 2 mai 1984, l’intégralité de la ligne est ouverte au public sur 13 km avec la desserte de 18 stations avec pour terminus l’arrêt CHR B Calmette.

Le 3 février 1984, le conseil de la CUDL adopte le tracé d’une deuxième ligne, la ligne 1bis pour desservir les communes de Lille, Lomme et Lambersart. En 1985, de nouveaux chantiers s’ouvrent alors pour sa construction.

Le 1er janvier 1989, la COMELI, qui gérait les lignes de métro de Lille, et la COTRALI (Compagnie des transports lillois), qui gérait le tramway et les transports de bus de Lille, fusionnent sous le nom de TCC (Transports en Commun de la Communauté urbaine de Lille).

La ligne 1bis est mise en service commercial le 3 avril 1989. Elle fait 12 km et dessert 18 nouvelles stations entre Gare Lille-Flandres et Saint-Philibert.

Pour en savoir plus sur le métro, cliquez ici.

 (jpg - 5297 Ko)

Inauguration métro, 25 avril 1983


Les autres réalisations et évolutions

Dès 1980, la CUDL lance des travaux d’aménagement des abords du lac artificiel d’Armentières afin de créer une base de loisirs, les Près du Hem ouvrent leurs portes au public en 1981.

La compétence Cimetières est transférée aux communautés urbaines lors de leur création en 1966 mais la CUDL va la restituer aux communes et garder uniquement le cimetière communautaire de Wattrelos. Celui-ci est composé d’un cimetière paysager de 18 650 m2, d'un colombarium et d’un crématorium mis en service en décembre 1981.

En vertu des lois de décentralisation de 1983, la CUDL cède  la quasi-totalité de la compétence de construction et d’entretien des établissements scolaires. La gestion de 70 collèges est transférée au Département et celle de 35 lycées à la Région. Entre sa création et 1983, la CUDL a par l’exercice de sa maîtrise d’ouvrage réalisé 53 collèges, 10 lycées d’enseignement professionnel, 3 lycées techniques et une école » nationale de perfectionnement. Elle conserve sa compétence communautaire pour deux établissements : le lycée horticole de Lomme et le centre de formation d’apprentis de Marcq-en-Barœul. 

Dans le domaine de lutte contre l’incendie et les secours, les effectifs des sapeurs-pompiers professionnels sont passés de 297 en 1968 à 828 en 1987 qui s'ajoutent aux 587 sapeurs-pompiers volontaires soit 1415 personnes. Ces effectifs sont complétés par le personnel civil, des médecins et pharmaciens. La CUDL a ainsi procédé à la construction d’un certain nombre de centres de secours soit parce que ceux-ci étaient inexistants sur certains secteurs soit parce que les locaux étaient vétustes. On peut citer en exemple le nouveau centre de secours de Roubaix dont l'implantation au coin du boulevard de Mulhouse et de la rue de Nancy doit permettre des interventions en 3 minutes pour Roubaix et 8 minutes pour Toufflers.

Le Stadium Nord poursuit une programmation de compétitions sportives et de spectacles à résonnance nationale et même internationale. En 1977, la CUDL y crée un tournoi européen de football. Il s’y tiendra jusqu'en 1988. Il oppose chaque année deux équipes étrangères et deux équipes françaises.


À la suite des élections municipales, qui ont eu lieu les 12 et 19 mars 1989, arrive le temps d’installer un nouveau conseil de Communauté le 23 juin mais ça, c’est une nouvelle histoire…

 (png - 4 Ko)


Panorama des infrastructures routières dans la métropole, vidéo INA, France 3, 12 mai 1977

Accès à la notice de la vidéo sur le site de la frise historique de la MEL élaborée par l'INA, cliquez ici