Ses infrastructures économiques

Les infrastructures économiques du territoire de la Métropole européenne de Lille à la fin du XXe siècle / début XXIe

 

Le territoire de la Métropole européenne de Lille a connu un riche et prospère passé industriel notamment dans le domaine du textile et de la mécanique. Cependant, dès les années 1950, ces secteurs déclinent. Ils subissent également les conséquences des premières crises pétrolières des années 1970. À quoi ressemble le paysage économique du territoire à l’aube du XXIe siècle ?

Petit tour d’horizon non-exhaustif des infrastructures économiques dans les années 1990 et 2000.

 (jpg - 677 Ko)

Société industrielle française de tapis de Tourcoing, 1991

Si les industries textiles de la zone Roubaix-Tourcoing connaissent un déclin, elles opèrent cependant une mutation et une adaptation face à la crise qu’elles traversent. Certaines vont se spécialiser dans le lin, la filature de la laine peignée, le coton, la confection ou encore l’industrie du tapis.


 (jpg - 183 Ko)

Entrepôts de La Redoute, Roubaix, s.d.


Mais la métropole lilloise a également un passé fortement marqué par le négoce et le commerce. Dès les années 1920, certains industriels du textile vont développer la VPC, vente par correspondance, afin d’écouler leurs stocks. Cette activité va se développer et se moderniser pour pouvoir répondre au développement de la consommation de masse passant du catalogue diffusé chez les particuliers à la possibilité de commandes via le téléphone, le minitel puis internet. Le territoire de la métropole abrite dans les années 1990 des grands groupes de la VPC comme La Redoute, les 3 Suisses, Damart, Daxon ou encore VertBaudet.


 (jpg - 168 Ko)

Plateforme téléphonique de La Redoute, Roubaix, s.d.


 (jpg - 359 Ko)

La brasserie Motte-Cordonnier, Armentières, 1993

L’agriculture et les ressources naturelles sont également deux atouts pour le développement économique de la métropole de Lille.

La culture de céréales, notamment le houblon et celle de la baie de genièvre permettent à l’industrie brassicole et aux distilleries de fonctionner, sans compter l’attrait touristique qu’elles suscitent.


 (jpg - 295 Ko)

Visite à la distillerie Claeyssens, Wambrechies, 1997


La culture de l’endive, légume importé de Belgique à la fin de la Seconde Guerre mondiale, se modernise également avec une mécanisation importante de la production mais nécessite toujours l’emploi d’une main d’œuvre nombreuse. La « Perle du Nord » est un des rouages du paysage économique du territoire dans les années 1990.


 (jpg - 63 Ko)

Poste de cassage mécanique de l'endive, endiverie Brocart, Bouvines, 1996

 (jpg - 61 Ko)

Mise en sachet manuelle des endives, endiverie Brocart, Bouvines, 1996


Une des ressources du sous-sol, l’eau est aussi une valeur pour l’économie du territoire. Ainsi la source Saint-Léger à Pérenchies, découverte en 1969, est exploitée par la Société Vanderstraeten & Cie qui construit un bâtiment destiné à sa mise en bouteille. Dès 1986, elle lance l’automatisation de l’embouteillage, emploie 65 personnes pour une production de 60 millions de bouteilles par an dont 40% est destiné à l’exportation. En 1993, l’entreprise passe dans le groupe Roxane sous la marque Cristalline.


 (jpg - 322 Ko)

Soutireuse produisant 26000 bouteilles/heures, usine de production des bouteilles de Cristalline, 1994


La Communauté urbaine de Lille s’attache, dès la fin des années 1990, à promouvoir le développement économique en s’appuyant sur des pôles d’excellence. Elle participe ainsi à la création d’Eurasanté (pôle santé) et de la Haute-Borne à Villeneuve-d’Ascq (pôle haute-technologie). La Haute-Borne est un projet de parc scientifique européen qui regroupe laboratoires de recherche, enseignement et entreprises à vocation technologie et scientifique afin de favoriser la synergie entre la recherche et l’industrie.


 (jpg - 249 Ko)

Site de la Haute-Borne, Villeneuve-d'Ascq, 2007


Afin de s’adapter au nouveau contexte économique international, la Communauté urbaine de Lille prend une nouvelle compétence, « Actions et développement économique » (délibération du 28 novembre 2000) qui est mise en œuvre le 1er janvier 2002.



Histoire de la VPC, JOURNAL 12/14 FRANCE 3 NORD-PAS DE CALAIS-PICARDIE, 10 AVRIL 2002 / SOURCE INA

Accès à la notice de la vidéo sur le site de la frise historique de la MEL élaborée par l'INA, cliquez ici.